FEMUA 11: La police au four et au moulin

Crédits: DR Facebook Twitter Google+ Partager Pour la réussite de la 11e édition du Festival des musiques urbaines d’Anoumabo (Femua), les organisateurs n’ont pas lésiné sur les moyens sécuritaires.

En tout cas c’est ce que l’on a constaté le samedi 21 avril 2018, lors du dernier concert à Abidjan, précisément à l’Institut de la jeunesse et des sports (Injs) à Marcory.

Au Femua 11, presque toutes les unités de la police ont été déployées. A savoir, la Crs, le Gmi, la Bae et l’Urc. Depuis les différents carrefours de Marcory au niveau du foyer des jeunes et à la descente du 3e pont, au niveau de la station Total à Marcory, il y a des cordons de sécurité qui ont été mis en place pour garantir la sécurité de ceux qui arrivent.

Aux différentes entrées du site, les festivaliers sont soumis à des fouilles, des palpations pour empêcher que ceux-ci n’entrent pas avec des armes. « L’objectif est de permettre aux participants de passer de bons moments », a confié le directeur de communication de Gaou Productions et responsable de communication du Femua, Guy-Michel Ablé. Ajoutant que le préfet de police s’est déplacé en vue d’une reconnaissance du site et s’enquérir des réalités des différents sites à Abidjan (Anoumabo, institut français et l’Injs).

Concernant le volet médical, le commissariat général du festival a bénéficié de l’appui du ministère de la Santé et de l’Hygiène publique qui a déployé des médecins, des infirmiers et le Samu. Ceux-ci étaient sur les sites en permanence pour s’occuper des artistes et du public.

A Korhogo où a eu lieu le concert du Femua délocalisé, le directeur de communication assure que les dispositions mises en place à Abidjan ont été réitérées dans cette ville. « Le préfet de région a été impliqué dans l’organisation. Mais aussi toutes les entités, à savoir la direction régionale de la santé, la Croix-Rouge de la région, la police », fait savoir M. Guy-Michel Ablé. Et d’ajouter: « Je pense que quand on veut la sécurité des festivaliers, on se donne les moyens de le faire. C’est pourquoi on a décidé de mettre à disposition des portiques pour permettre à tous ceux qui sont venus s’amuser, de repartir en toute quiétude et sans problème ».

Le Femua 2018 s’est achevé avec le dernier concert qui s’est déroulé dans la nuit de dimanche à lundi 23 avril, à Korhogo. « Dans l’ensemble tout s’est bien passé » sur tous les sites, a souligné notre interlocuteur.

Commentaires

Catégories
Actualité

LIRE AUSSI

Watch Dragon ball super