Compte rendu du FEMUA 9

La 9è édition du FEMUA, le festival des musiques urbaines d’Anoumabo parrainé par le président HENRI KONAN BEDIE, a pris fin le dimanche 24 avril 2016 avec une série...

La 9è édition du FEMUA, le festival des musiques urbaines d’Anoumabo parrainé par le président HENRI KONAN BEDIE, a pris fin le dimanche 24 avril 2016 avec une série de concerts exceptionnels.

Durant une semaine, la Côte d’ivoire aura vibré au son de rythmes venus du continent, d’Amérique et de France. Un festival qui confirme, malgré le bémol de cette édition, un peu plus son rang de festival majeur en Afrique.

C’est sous le thème « jeunesse et développement » que s’est déroulée du 19 au 24 avril 2016 à Abidjan et Korhogo, (finalement annulé en raison du décès de PAPA WEMBA), l’édition 2016 du festival des musiques urbaines d’anoumabo sur lequel ont vraiment plané les symboles du chiffre 9 que sont : l’idéal, le savoir mais également le repli et l’austérité.

Comme l’impose la tradition depuis quelques années, c’est la salle IX de l’UNESCO à Paris qui a abrité le 25 février dernier, la cérémonie de lancement de cette grande fête de la culture à laquelle ont été invitées les têtes d’affiches de la musique ivoirienne et internationale. C’est à nouveau devant un public venu nombreux que le commissaire général du FEMUA, Salif TRAORE dit A’SALFO, leader du groupe musical ivoirien MAGIC SYSTEM, promoteur du festival, a dévoilé le contenu du FEMUA 9 qui, une fois de plus, n’a pas manqué de faire d’Anoumabo la capitale culturelle du monde en l’espace d’une semaine.

Pour cette édition, le public s’est délecté du talent de 15 artistes dont 9 internationaux venus d’Afrique, de Jamaïque et de France, et 6 Ivoiriens à savoir : la lauréate du prix découverte RFI 2015 la cap verdienne ELIDA ALMEIDA qui a offert le 1er live du festival à l’institut français. Elle sera imitée ensuite par l’Ivoirien Boni Gnahoré (Mercredi 20 Avril) et le Malien Vieux FarkaTouré (Jeudi 21 Avril). Etaient aussi présents pour cette édition, le congolais PAPA WEMBAdécédé sur la scène du site principal l’avant dernier jour du festival après seulement 3 titres, le jamaïcain IHJAMAN LEVI, la séduisante camerounaise CHARLOTTE DIPANDA, le rap maker français KERY JAMES, le très adulé groupe togolais TOOFAN, le ghanéen DADDY LUMBA, le tchadien CELESTIN MAWNDOE et les Ivoiriens JOHN KIFFY, NST COFFIES, NGUESS BONSENS, YABONGO LOVA et ABOU NIDAL qui ont tous offert gratuitement des instants de rêves au public estimé à environ 150 mille sur toute la durée du festival, sous l’œil de la presse National et international qui n’a ménagé aucun effort pour assurer une large couverture du FEMUA.

GAOU PRODUCTION, la structure pilote du festival des musiques urbaines d’anoumabo avait, pour cette édition, prévu que le concert de clôture et le cross populaire se tiennent à Korhogo (ville distante d’Abidjan de plus de 600 km), comme ça l’a été pour l’édition antérieure avec les communes d’Abobo, de Yopougon et Koumassi; mais malheureusement, le décès du roi de la rumba congolaise au petit matin du dimanche 24 Avril 2016 a entrainé l’annulation de cette étape.

La cérémonie d’ouverture du Femua 9 s’est déroulée dans une ambiance chaleureuse et festive comme à l’accoutumé en présence du président Henri Konan Bédié, parrain de cette édition. L’on a enregistré les présences remarquées de Mme Kandia Camara, Ministre de l’Education Nationale, MM Maurice Kouakou Bandama, Ministre de la Culture et de la Francophonie et Sidi Tiémoko Touré, Ministre de la promotion de la jeunesse, de l’emploi des jeunes et du service civique ainsi que celles de plusieurs autres personnalités.

L’ADN du FEMUA étant le volet social très cher aux membres du groupe MAGIC SYSTEM, en rapport avec leurs origines modestes qui ont motivé tout au long du festival, leur soutien au plus démunis, la première pierre de l’EPP Magic System de Séguela a été posé symboliquement au sein de l’école de Marcory Anoumabo par le parrain et les membres du gouvernement présents.

Le FEMUA KIDS, l’une des l’innovation du festival s’est déroulé le mercredi 20 Avril 2016, de 09h à 17h, à Anoumabo au profit des enfants de couches défavorisées et ce à travers plusieurs activités programmées dont des jeux éducatifs et de divertissement qui ont été sanctionnés par divers présents. Le FEMUA KIDS a été un véritable moment de partage, un moment magique où les enfants fer de lance du pays, génération future, se sont s’exprimer à travers des ateliers ludiques, des chants, et profiter des conseils des parents et ainés présents sur place. Des valeurs éducationnelles et humaines de la vie, à l’instar du vivre ensemble, du sens du partage et du travailler ensemble leurs ont été encore rappelés pendant ces retrouvailles. La cerise sur le gâteau pour cette journée a été les prestations de nombreux artistes de renom tels que Magic System, Serges Beynaud, JC Pluriel, Maréchal DJ, etc.

Au-delà, des rythmes, des musiques, des sons et des lumières, la 9e édition du Festival des Musiques urbaines d’Anoumabo (FEMUA) a enregistré une autre innovation : le Carrefour Jeunesse. « C’est une tribune où les jeunes ont été mis en relation avec les opportunités qui peuvent leur être offertes dans le cadre des différents programmes qui sont développés par le gouvernement ivoirien en matière de stage, de formation et d’emploi », a indiqué ce jeudi 21 avril à Anoumabo, monsieur Danho Pierre, l’Administrateur de l’Agence Emploi Jeunes.

De façon pratique, le Carrefour Jeunesse a été le lieu de formations sur les techniques de rédaction de CV, de projets et de montage de financement. Dans la foulée, un panel a été animé par l’Administrateur de l’Agence Emploi Jeunes (qui représentait le ministre Sidi Tiémoko Touré) sur « les mécanismes mis en place par le Gouvernement ivoirien pour favoriser l’emploi des jeunes ». Des Ateliers et des expositions ont rythmé cette tribune pour permettre aux jeunes de bénéficier d’un maximum d’opportunités en matière d’emploi.

Grace à sa collaboration avec la structure AMDP, le FEMUA 9 a été également l’occasion, de réfléchir sur les industries culturelles en Afrique, d’autant que le secteur peut être un vrai pourvoyeur d’emplois comme le prône le gouvernement. Ce qui contribuera à professionnaliser le secteur de la musique notamment comme en rêve le commissaire général du FEMUA et GAOU PRODUCTIONS.

Pour tout dire, le FEMUA 9,pour la qualité du programme de cette édition, a été un autre franc succès pour la Côte d’ivoire grâce aux Gaou magiciens ; mais hélas, la tragique disparition de la figure emblématique de la musique africaine PAPA WEMBA, restera pour longtemps encore la chose la plus retenue, et pour les festivaliers, les annonceurs, les médias partenaires mais surtout pour le gouvernement, la structure GAOU PRODUCTION et le légendaire groupe ivoirien MAGIC SYSTEM.

Commentaires

Catégories
Actualité

LIRE AUSSI

Watch Dragon ball super